Monna

J'aime les vieux miroirs,

j'aime les habits pleins de trous, ils m'aident à mieux respirer,

j'aime le rouge à lèvres parce qu'il me transforme en femme,

et les araignées solitaires et toutes maigres.

Je déteste le temps et les montres.

J'aime voir pousser les plantes et rassembler des miettes.

J’oublie la farine dans mes gâteaux,

je me coupe,

je me brule,

je fais rien exprès,

je parle toute seule puis j'ai le cafard...

Je bois du vin, 

j'aime les douches froides, l'Ylang ylang, le sucre et la mousse.

Je croque du chocolat,

je souris pour faire sourire les gens,

je fourre mon nez dehors ,

j'aime la nuit...

J’adore l'herbe et l'orage,

j'aime le vent, il m'emporte là où la vie ne peut pas m'emmener.

j'aime la pénombre, les bougies, les infrasons,

les toboggans que je remonte à l’envers.

J'aime les petits vieux qui on l'air de petits oiseaux.

J'ai peur de devenir sourde.

J'aime ce qui me donnent envie de me lever,

et les mots "coccinelles" et "concombre".

J'aime l’ailleurs parce que c’est chez moi.

Espace

Acrylique sur toile / Fusain / Plumes / Paillettes

2020

Etudes de Chopin

Desert

Acrylique sur toile / Fusain 

2019

Crédit photo : Théophile Parat

Malher - symphonie n°5 - adagietto

Les errances du Petit Prince

Acrylique sur toile / Fusain / Paillettes

2019

Crédit photo : Théophile Parat

Wagner - Prelude acte 3 - Tristan&Iseult

Isan et Tristeux

Acrylique  / Fusain

support cartonné sous cadre

2019

Billie Holiday - Lady in satin

Deyr Fé

Acrylique sut toile & fusain

 2020

M'ANAM - Deyr Fé

Yanis

Acrylique sur papier glacé

 sous cadre

Expo aux Agapes de Nina Paris 4ème 

2018

 

Je déteste qu’on me parle.

Je ne comprends pas ce qu’on me dit.

Je n’ai jamais rien compris de toute façon.

Ils n’écoutent pas. Ils ne voient pas.

Et ils pensent que c’est moi qui suis malheureuse.

Mais moi je n’entends que des choses belles. Et je ne vois que ce que j’ai envie de voir.

Quand ils hurlent ça fait des notes. S’ils hurlent longtemps je peux m’écrire une symphonie. Et j’étale de la couleur. Je les recouvre. Je les oublis.

Ça me fait sourire. Ça les énerve. Ils n’aiment pas que je sois loin d’eux. Ils n’aiment pas les portes dans lesquelles ils ne passent pas. Ils sont trop remplis de connerie.

Et moi je suis une souris. Alors je me faufile ou je veux. Même si parfois ils me rattrapent. Alors j’entends Wagner, j’entends l’ile des morts. Des violons viennent m’embrasser là ou ça fait mal.

J’aurais aimé qu’ils aient la forme de cette bouche. Ça m’aurait facilité la vie.

Un jour j’épouserai mon gramophone et je l’emmènerai sur mars.

Paul

Acrylique sur toile/Fusain/Fil de couture/Cadre bois

Expo aux Agapes de Nina Paris 4ème 

2018

Si tu croises Mélodie

Sous le pont le plus au nord

Et que sa tête est à l'ouest

Fais lui cadeau de tes remords

Esmée

Acrylique sur toile

Expo aux Agapes de Nina Paris 4ème 

2018

Marius

Acrylique sur toile

Expo aux Agapes de Nina Paris 4ème 

2018

© 2020 Manon Cousin avec Wix.com